Le village de Mazée commune de Viroinval

 Mazée se situe en aux portes de L'Ardenne en Wallonie et plus particulièrement dans la province de Namur

Namur est le Pays des Vallées. Chacune d'elles offre un caractère différent façonné par le passage de l'eau, qu'il s'agisse de la plus petite rivière ou d'un cours d'eau pus important creusant par ici d'importants méandres et se perdant parfois sous terre pour ressurgir plus loin, traçant des sillons que parcourent les routes bordées de bois et de forêts.

La région se veut une terre de mémoires : passé historique et patrimoine se mêlent harmonieusement pour offrir des opportunités de détente infinie.

Mazée est  le plus à l'est de l'entité de Viroinval et jouxtant la France, ce petit village de 700 habitants et son hameau de Najauge, vous fera découvrir les nombreuses facettes de son patrimoine naturel et paysager.

Grâce à ses bois et forêts, Mazée peut accueillir les promeneurs et chasseurs, attirés par le calme de cette localité. Plusieurs itinéraires sont proposés, certains reprenant les principales curiosités de Mazée, d'autres s'enfonçant plus au cœur des bois, mais tous ayant comme point de départ le centre du village.

Nous trouvons tout au long de ces sentiers des aires de repos, des points de vue. Il y a quelques années d’ailleurs, en collaboration avec le ministère de la Culture française, plusieurs sentiers furent balisés. Un d'entre eux s'appelle : "le sentier des fraudeurs", faisant référence au folklore de la région, car ne l'oublions pas la frontière avec la France est très proche (plus ou moins 15km de Givet).



 

 


             Mazée sa plaine de jeux


                     Mazée place du Bucq

                           Le village

                         L'église

   Un peu d'histoire

    Mazée est une ancienne commune de Wallonie fusionnée avec Viroinval
    Mazée, petite commune Calestienne, est entourée de plusieurs villages:
    · à l'est, Vaucelle
    · au nord, Niverlée
    · au sud, Matagne la Petite
    · à l'ouest, Treignes.

    Néanmoins, d'autres villages font partie du Viroinval: Nismes, Dourbes, Oignies et Le Mesnil.
    Sa première mention "Maseims" daterait de 1130, d'autres "Mazeis" de 1190 et "Mauzee" de 1298. C'est ce que nous apprend J. Hellinx, sans nous révéler ses sources. G. Mazy, nous dit quant à lui que des archives donnent comme mentions: "Maseims" en 1130, "Maseias" en 1180, "Maseis" en 1188 et "Mausees" en 1298.Le Gijsseling ne reprenant pas Mazée, nos propres recherches nous ont apporté deux mentions: "Maseis" en 1180 et en 1188.
    La culture du seigle, de l'épeautre, de l'avoine et de la pomme de terre n'est pas absente, même si les terres arables sont peu nombreuses.
    Les forêts ou bois qui se trouvent en partie ou en entier sur le territoir de Mazée sont ceux de Mazée, Manoia et Noir Spirieux.

    Le Viroinval est une création moderne du XXième siècle qui fait partie, au même titre que Doische, de la vallée du Viroin. Cette région était le bien propre des comtes de Hainaut depuis le XIième siècle. Mais, en 1096, Baudouin II décide, selon De Vuyst, de la vendre au prince évêque de Liège pour pouvoir payer son départ pour la croisade. Malheureusement il ne ne cite pas sa source, ce qui laisse un point d'interrogation. Le nom de Viroinval provient de la rivière du Viroin qui naît près de Dourbes, par la jonction de l'Eau Noire baignant Nismes et de l'Eau Blanche limoneuse venant de Chimay. Le Viroin vient grossir le cours de la Meuse à Vireux, dans les Ardennes françaises.
    Dans la vallée du Viroin, le sol est calcaire, riche en gisements de fer et de plomb, ce qui explique la création de mines de plomb et de fer dans la région. Les habitants y travaillaient déjà avant l'époque romaine (dans un style différent), notamment en hiver, et cette pratique s'est poursuivie jusqu'au XIXième siècle. De magnifiques bois entourant les différents villages ont joué pendant tout le moyen-âge, les temps-modernes et plus tard encore, un rôle important dans l'économie rurale. Aujourd'hui la chasse et la cueillette aux champignons y sont pratiqués, ainsi que des promenades.

    Curiosités
    L'église de Sainte-Marie:
    L'église actuelle, dédiée à Notre-Dame de la Nativité, date de 1875. Elle possède trois nefs et un large transept. Il ne reste rien de la construction primitive du XIIième siècle qui servait avant tout de refuge. Néanmoins, la tour, légèrement désaxée par rapport à la nef, est le reste de l'ancienne église du XVIième siècle dont on parle lors de l'incendie de la ville propagée par la garnison de Rocroi et au cours duquel les femmes de Mazée sauvèrent l'église.
    Nous pouvons admirer au sommet du clocher des ardoises campaniformes du XVIIIième siècle, un portail construit vers 1873. A l'intérieur, nous trouvons un autel, une chaire de vérité et des confessionnaux de style néo-roman.

    Le vieux moulin:
    C'est également au XIIième siècle que nous entendons parler pour la première fois du moulin de Mazée. Il se situe au croisement de chemin de Mesnil et de la route de Vireux. Selon De Vuyst, "en 1454 encore, la cour de justice demanda l'arbitrage de son seigneur, l'abbé de Florennes, à propos de l'usage du moulin", montrant par là qui en est la propriétaire. Cependant, comme pour l'église, le moulin actuel n'est pas le moulin primitif. Celui-ci date du XVIIIième siècle pour ce qui concerne les moellons de calcaire et de grès peints, tandis que les ouvertures ont été plusieurs fois modifiées depuis.
    Il est bon de savoir qu'il y eut un autre moulin, plus petit, alimenté par un ruisseau et qui dépendait du château.

    La ferme-château de Mazée:
    Comme il est indiqué plus haut, la ferme-château selon les encrages de façade, fut construite en 1629, à l'extrémité d'une crête schisteuse, formant une espèce de promontoire. Le bâtiment aux vastes proportions, et qui à l'époque était précédé de dépendances formant une cour fermée, domine les environs. L'initiateur de cette construction est Jean de Condé, avoué de Mazée pour l'abbaye de Florennes. Son but militaire était des plus symboliques., les curieuses échauguettes accrochées aux angles étant plus des signes de puissance qu'un véritable appareil militaire.
    Il s'agit en réalité d'un quadrilatère de trois travées et de deux niveaux au-dessus des caves, le tout étant très équilibré. De larges fenêtres égayent la façade principale.